L'ORGANISATION POLYCENTRIQUE DU CERVEAU



Il nous faut rappeler brièvement les structures élémentaires du cerveau humain car celles-ci se sont révélées nécessaires à la mise en
place d'une autorégulation complexe. Ainsi a été rendu possible le phénomène de l'hominisation de l'être humain, préalable au
phénomène de l'humanisation des sociétés humaines. Rappelons maintenant les structures anatomiques et fonctionnelles du cerveau.

I/ Au niveau des structures anatomiques, on a trois étages :


a) le néencéphale (néo-cortex, le cortex pré-frontal et les deux hémisphères cérébraux), le plus récent, atteint son plein développement 
chez l'homme. La diminution du nombre de la portée chez les primates, l'accroissement de la période de dépendance chez le petit homme avec prolongation de l'enfance, et plus grande réceptivité aux stimulis du monde extérieur, favorisent la cérébralisation et le développement du néo-cortex.
b) le paléencéphale comprend le système limbique, l'hypothalamus, le thalamus, l'épiphyse, le troisième ventricule, soit tout un ensemble
de structures davantage reliées par des circuits fonctionnels que par des données anatomiques. Les structures limbiques sont étroitement
reliées à l'hypothalamus, au thalamus et au mésencéphale. Toutes ces connexions traversent le diencéphale, avec de nouveaux relais.
Enfin, de très nombreuses connexions relient le système limbique, en haut au cortex frontal, en bas au tronc cérébral.
c) l'archencéphale ou cerveau reptilien, le plus ancien. Il est constitué de centres étagés du bulbe aux pédoncules cérébraux: tronc 
cérébral, cervelet, quatrième ventricule.

II/ Rôle fonctionnel :


a) le cortex pré-frontal est le siège de l'activité constructive, de la créativité, des opérations cognitives et des mécanismes d'anticipation.
Le cerveau gauche (chez le droitier) est le siège des zones qui contrôlent le langage, les concepts, les opérations logiques, le calcul. Il 
exprime des fonctions de symbolique masculine. Le cerveau droit permet l'appréhension de l'image, une appréhension globale et intuitive 
de l'espace et du monde; c'est le centre intégrateur de la musique ou de la poésie. Il exprime des fonctions de symbolique féminine. Ces
deux cerveaux communiquent l'un avec l'autre par de très nombreuses connexions rassemblées dans le corps calleux.

b) L'hypothalamus régule sécrétions hormonales et température centrale. C'est le siège du centre de la faim et de la satiété. On trouve,
chez le même individu, dans des régions proches l'une de l'autre, un centre sexuel mâle et femelle. Le système limbique est le siège de
la réactivité émotionnelle, des comportements psycho-affectifs et est impliqué dans les processus d'apprentissage et de mémorisation à
long terme (mémorisation des expériences avec intégration de leur caractère plaisant ou déplaisant). C'est lui qui permet l'évolution
d'un
comportement relativement stéréotypé, de type réflexe, vers des conduites plus variées et adaptées grâce à la mémorisation des 
informations passées. La mémorisation des acquis permet la modulation du comportement.

c) le cerveau reptilien est le siège des fonctions vitales, de la régulation cardio-respiratoire, de l'alternance veille-sommeil, de la satisfaction des besoins élémentaires (faim, soif, reproduction), des comportements de l'espèce (préparation du gîte, éducation de la progéniture), des instincts de prédation, de la chasse, de la défense du territoire, et de l'instinct de conservation. C'est « le siège des comportements de survie de l'individu et de l'espèce. Les comportements qu'il génère sont automatiques et invariables; ils n'offrent aucune possibilité d'adaptation lors des changements survenus dans l'environnement » (J.D. Vincent).

Le cerveau est un système polycentrique, chaque centre ayant ses compétences propres, et tous en inter-communication. C'est un système faiblement centralisé ou hiérarchisé entre des sous-ensembles à la fois complémentaires et antagonistes, ce qu'E. Morin a clairement résumé dans sa formulation d'homo « sapiens-demens » : ainsi s'établit un dialogue entre le ciel néo-cortical (coté sapiens), et l'enfer reptilien (coté démens) par l'intermédiaire du système limbique.

Ces sous-ensembles peuvent être reliés aux archétypes : senex (cerveau reptilien), puer (cortex pré frontal), féminin (hémisphère droit), masculin (hémisphère gauche), mercure (système limbique, corps calleux).

Retour au sommaire